Pourquoi???

Publié le par nath et gui (juste le titre)

Nous sommes arrivés à Phnom Penh le jeudi 11 mars... juste le temps de trouver une guesthouse pour poser les bagages... et nous partons nous ballader  dans les rues de la capitale cambodgienne. Nous nous arrêtons boire un coup car la chaleur est vraiment étouffante, et là, juste à côté de nous... 4 jeunes filles sont en très de déguster des pattes de poulet!!!! à mon dieu!!! Mon air stupéfait et interloqué les fait rire... Que y a t il à manger là dedans??? Bref, ici un poulet se mange en entier, pas de gaspillage: des pattes à la tête!
pp (1)Le lendemain, nous décidons d'aller visiter le musée Tuol Sleng pour en apprendre plus sur le passé du Cambodge et notamment sur les atrocités commises par les Khmers rouges (communistes cambodgiens) entre 1975 et 1979... une histoire assez récente... En 1975, les forces de sécurité de PolPot transforme le lycée Tuol Svey Prey pour en faire une prison de haute sécurité 21 (S-21). Elle est très rapidement devenue le plus grand centre de détention et de torture du pays. Les Khmers rouges tenaient des registres méticuleux de leurs exactions. Chaque prisonnier était photographié à son arrivée (parfois avant et après une scène de torture) et au moment de sa mort.
pp (3)


 Les salles de classe du rez de chaussée et du 1er étage étaient cloisonnées en petites cellules, celles du 2ème étage étaient destinées à la détention commune.
pp (4)Les anciennes classes plus petites, situées dans un bâtiment séparé (bâtiment B), et possédant des fenêtres à barreaux métalliques, servaient de salles de torture. On y attachait les prisonniers (hommes ou femmes) sur des sommiers  en fer et on les torturait afin qu'ils avouent. La plupart avouaient des fautes qu'ils n'avaient pas commises. Ce qu'ils disaient était transcrit sur du papier. Lorsque l'aveu ne plaisait pas, le tortionnaire en faisait une boule qu'il jetait dans un coin de la salle, et le prisonnier était à nouveau torturé pour en tirer un nouvel aveu. Les tortionnaires donnaient aux détenus des idées d'aveu : par exemple un lien avec la CIA, le KGB, etc.
pp (5)pp (6)













pp (2)

Dès leur prise de pouvoir, les Khmers rouges soumettent le pays à la dictature et mettent en place un régime totalitaire qui entreprend rapidement d'éliminer tout individu lié au gouvernement précédent. Phnom Penh est pratiquement vidée de ses deux millions d'habitants dans les jours qui suivent. Assimilés au capitalisme, tous les citadins, par la pointe du fusil, sont forcés d'aller travailler dans les campagnes.

Pendant près de quatre ans, les Khmers rouges font régner la terreur dans le pays, s'acharnant particulièrement sur la population urbaine et sur les intellectuels.
Utilisant des milliers d'enfants et d'adolescents coupés de leur famille et fanatisés, les communistes cambodgiens commirent contre la population Khmère un massacre immense (entre 1.5 et 2.5 millions morts selon les estimations) que l'ONU a déclaré comme génocide. Des dizaines de milliers de victimes (paysans, ouvriers, techniciens, ingénieurs, bonzes, ministres, différents cadres de Polpot, militaires, corps médicaux, corps enseignants, élèves, étudiants, diplomates, étrangers, etc) y étaient emprisonnés et exterminés avec leurs femmes et leurs enfants. Ce bilan range Pol pot parmi les plus grands criminels contre l'humanité du XXème siècle. A la chute des Khmers rouges, il s'est réfugié en Thaïlande où il est mort en 1998, sans avoir payé pour ce qu'il a fait. Sur les 16 000 à 20 000 prisonniers de Tuol Sleng, personne ne s'est échappé. À la libération du camp, il y avait sept survivants. A 15km de Phnom penh, ils ont retrouvés de nombreuses fausses communes avec des milliers de squellettes... Beaucoup de nos questions sont restées en suspend face à cette tragédie: comment peut on en arriver à massacrer aussi atrocement son propre peuple???
P3120027.JPG
Pour nous changer un peu les idées, nous sommes allés manger dans un marché... On adore se ballader dans les marchés, voir toutes ces couleurs, c'est souvent là qu'on trouve pleins de trucs bizarres, tous ces fruits et légumes que nous ne connaissons pas, manger dans des boui boui qui ne payent pas de mine... on essaye de manger avec les baguettes! on y arrive mais pas avec autant de classe que les locaux! par contre, ça va faire 3 mois qu'on est parti et 3 mois qu'on mange soit du riz soit des nouilles à tous les repas! heureusement la préparation varie! on a quand meme craqué pour des gauffres, c'était trop tentant!!! mmmhhhh
P3120029.JPG

A 17h nous avons rejoint Jean Yves (l'oncle d'Harold un ami à nous), Peahr et toute la petite famille pour aller à Kampot pour le week- end (au sud). De supers moments passés avec cette famille franco-cambodgienne à suivre dans un prochain épisode!

Publié dans cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mat 20/03/2010 16:01


cc ben c'etais quand mm mieu la thailande psk direct lentrée en matiere cest pa top ils sont fou ces communiste moi je di
1 million et demi c' est ossi bien ke les nazis
je vois que nath ta pa perdu ta gourmandise mdr et que les repas change it's good mdr aller ben continuer bien on attend un otre arcticle avec des nouvelkle un peu plus jouyeuse mdr bsx


Raúl 19/03/2010 10:12


Conmovedora narración de los tristes y crueles episodios de la historia reciente de Camboya. Gracias a vuestro testimonio me habéis acercado a una realidad que a pesar de conocerla no tenía muy
presente. Es un lujo seguir vuestros pasos alrededor del mundo conociendo otras realidades. Un abrazo, chicos. À bientôt, mes amis.


corinne 18/03/2010 22:49


bon ns sommes passés d'un paysage de réve vers un pays ou le passe semble rempli d'horreur ns voila revenu ds la triste realité de ce que les hommes peuvent faire .Mais je vois que le sucre est un
excellent remede pour faire sourir BISOUS


Marie 17/03/2010 15:33


Un style bien différent pour cet article Mais il est indispensable quand on traverse un pays d'en apprendre plus sur celui la. J'espère que vos continue bien Bonne appétit Nath Toujours aussi
gourmande. Bisous