Katmandou : ville ultra polluée…

Publié le par nath et gui

Katmandou est une ville mythique depuis les P2010258années 60 mais elle ne ressemble en rien à Pokhara qui était tellement plus paisible… On repense tout de suite aux villes indiennes : surpeuplées, polluées… des tas de poubelles qui s’amoncellent dans les rues et que des tracteurs viennent parfois ramasser. La fumée d’encens qu’allume chaque magasin se mêle à celle des pots d’échappement et à l’odeur des détritus pourrissants au milieu des rues. Autant vous dire que l’air est absolument irrespirable. Mais aussi, à nouveau, la misère… quelques enfants pieds nus en train de sniffer de la colle viennent réclamer quelques roupies, des mères viennent te supplier d’aller acheter du lait pour le bébé qu’elles tiennent dans leurs bras… bref une petite piqûre de rappel de ce qu’on avait déjà vécu en Inde, à un degré moindre mais quand même…
P2010283Nous logions dans le quartier de Thamel, quartier touristique où l’on trouve des centaines de petites boutiques avec plein de choses très inté
ressantes, bon j’avoue, j’ai encore craqué sur un joli petit sac… c’était trop tentant…
P2010281
Nous avons commencé par la visite de la Durbar Square : le cœur de la vieille ville avec des dizaines de temples. Ca grouille de partout, beaucoup de porteurs (toujours aussi impressionnants),
chaque quartier est spécialisé dans la vente de quelque chose de particulier : quartier des perles (ci dessous), quartier du cuivre, quartier du tissu, etc…
P2010280

P2010300








quelques carcasses de bêtes et autres détritus... hmmm!!!

Nousbodnath (60) découvrons le Kumari Bahal : une bâtisse en briques rouges où vit la Kumari (une déesse vivante en peinture à gauche). Il s’agit en fait d’une petite fille choisie pour incarner la déesse de la ville jusqu’à sa puberté. La Kumari doit répondre à 32 signes distinctifs très précis pour être élue (couleur des yeux, forme des dents, son de la voix et comme pour le dalaï lama, elle doit aussi reconnaitre les vêtements portés par la précédente). Son règne prend fin dès ses premières règles ou toute autre perte de sang accidentelle, on se met alors en quête d’une nouvelle déesse. Nous n’avons pas pu voir la kumari devi car elle vit cloitrée et ne sort qu’à de rares occasions mais ce type de croyances me fascine.
P2010278



Par contre, il n’est pas possible de se promener 5 minutes dans ce secteur sans se faire harceler par des pseudo- guides et des vendeurs de baume du tigre qui ne vous lâchent pas d’une semelle… un peu pénible quand même !

Publié dans népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mat 16/02/2010 13:58


cc sa ns change aussi de voir ces piles de detritud alors que avant on a vu de fabuleux paysage sa suprend on se demande commen i font pour vivre ici
j efelicite les porteur psk quand on voitse ui portent ben jai envie de dire ke jai pa envie detre a leur place
c'est enocre bizarre le kumari bahal comment il choisissent et tt =0
encore mercicomme dab de nous faire vivre sa on attend avec impatience les photos de gui qui fai de la plonger aller bsx a tt les deu


eric 12/02/2010 16:54


ça fait plaisir d'avoir des nouvelles.Pour une ville touristique,c'est quand même drolement ''cracra''. La pauvreté est vraiment omnipresente,il y a peu de changement d'un pays à l'autre.Quand même
toujours des couleurs magnifiques et des temples.
bisous A+