un réveillon dont on se souviendra

Publié le par nath et gui

Première chose importante : nouveauté sur notre blog : vous pouvez vous inscrire à notre newsletter : dès qu’on écrit un nouvel article vous recevez un mail (merci Maryline pour ton conseil)

Le 31 décembre 2009, nous avons décidé de passer la journée à la plage de Juhu beach à Mumbai (Bombay), notre train était prévu à 21h et nous avions nos sacs à dos donc nous avons préféré prévoir une journée tranquille… Arrivés sur la plage, nous nous faisons très vite remarquer car il n’y a apparemment pas beaucoup de touristes européens qui viennent ici… en effet, la plage et l’eau n’ont rien de paradisiaque… Cette journée nous a donné un premier aperçu  de « l’incredible India » et de ses contrastes saisissants : d’un côté la misère, des gens qui vivent dans la rue, qui font les poubelles, des enfants qui font la manche dès qu’ils savent marcher… de l’autre : la population plus aisée qui possède des téléphones portables, qui achète tout ce que les enfants réclament…

PC310168PC310169

Sur cette plage, les contrastes étaient bien présents… Je n’oublierai jamais les échanges que j’ai eu avec ces enfants qui nous courraient autour, avec qui on s’est amusé à compter en anglais et qui ont pris le temps de m’expliquer leur façon de vivre : ils ne vont pas à l’école car l’école c’est pour les gens plus  riches qu’eux  mais malgré tout ils ont appris à parler anglais : seul moyen de pouvoir échanger un peu plus pour pouvoir gagner quelques roupies… Il y a quelques heures, nous étions dans notre petit confort quotidien et nous voilà maintenant confronté à la misère, on s’y attendait car on ne part pas en Inde sans savoir cela mais je vous assure que ça vous fait vous poser beaucoup de questions… Certains s’installent près de nous, des familles, des groupes d’amis… Un homme souhaite me prendre en photo, d’autres le font sans me demander mon avis, dans tous les cas, les regards des hommes restent bloquer sur moi… Pourquoi ? Je ne sais pas trop encore… est ce la couleur de ma peau ? le fait qu’il ne voit pas très souvent d’européen à cet endroit là ? ce n’est pas un regard méchant mais très présent (ps : heureusement que tu m’avais prévenu Audrey car c’est vrai que ça surprend) !!!

PC310170

Nous partons en milieu d’après-midi avec un taxi pour la gare de bandra terminus. Nous attendons patiemment tout en observant les scènes de vie qui nous entourent… Le temps nous semble tout de même interminable, nous nous efforçons d’aller manger un bout (du riz) avant de partir mais l’appétit n’est pas au rendez-vous… les gens nous regardent encore et toujours… lorsque nous arrivons quelque part des familles entières se retournent pour nous regarder… nous comprenons maintenant vraiment ce que c’est qu’être un étranger.  Le choc culturel est bien réel et la claque assez grande : nous nous demandons plutôt ce que nous sommes venus faire ici… mais nous allons bientôt trouver des réponses…

 

Vers 20h, nous trouvons notre train et même notre wagon sans trop de difficulté sauf que…. Une famille entière venait de s’attribuer nos places… ça commençait bien !!! le gars nous explique qu’il veut prendre notre placePC310179 et l’échanger contre la sienne. Est-ce une arnaque ? est ce que nous allons pouvoir aller au même endroit si nous changeons de wagon ? ne risque t on pas de prendre une amende si l’on change de wagon car les noms sont écrits sur chaque wagons ?… bref nous acceptons d’aller voir où se trouvent les places du gars quelques wagons plus loin… nous nous installons et quelques minutes plus tard une famille s’installe à nos côtés (2 enfants, les parents et la grand-mère). Nous leur demandons si ce train va bien jusqu’à Abu road (ville où nous devons descendre pour prendre un bus), la mère nous répond qu’ils vont aussi jusqu’à cette ville… quel soulagement ! nous comptons donc sur eux pour savoir quand il faut descendre… le train démarre, le trajet risque d’être très long… La famille semble être plutôt aisée, les enfants savent écrire, les parents parlent anglais couramment, la grand-mère n’arrête pas de me sourire… nous allons donc passé notre réveillon avec eux dans quelques mètres carrés… Ils ont commencé à partager un repas auquel ils nous ont convié… c’est très très gentil mais quand vous êtes fatigués et que vous vous êtes déjà forcé à manger quelque chose avant de partir… nous acceptons un chapati (sorte de galette de farine) avec un mélange à mettre dessus, inutile de préciser que c’est très épicé… it’s very good… donc dès que guillaume eu terminé il a eu le droit à un deuxième service… no thank you mais trop tard il l’a déjà dans la main… on a du mal à avaler les dernières bouchées mais une vraie leçon de générosité… et ce sourire toujours… 

 

puis nous déplions les couchettes, le père nous propose de nous laisser celles du haut… euh je me demande vraiment comment je vais faire pour ne pas faire une crise de claustrophobie… car une fois les couchettes dépliées les ventilateurs sont au ras du nez… euh en fait comment décrire l’endroit ? il y a 8 couchettes et le compartiment traversé par le couloir fait 2m*3m… nous croyions avoir demandé une « 2nd class » mais en relisant notre routard nous nous rendons compte qu’il s’agPC310181issait en fait de la classe la plus populaire dans la catégorie « sleeper class »… avant d’aller se coucher, nous voyons les gens mettre des gants et des cagoules… mais que font-ils ? nous aurions finalement bien aimé, nous aussi, avoir des gants et des cagoules car la nuit fût très fraiche… les ventilateurs à quelques centimètres de nos têtes nous lancent un air glacé. Un réveillon au frais pour nous rappeler qu’il ne doit pas faire très chaud en ce moment chez nous… un bon moment finalement avec un peu de recul mais difficile sur le moment… car nous n’avons presque pas fermer l’œil de la nuit, des gens passent sans arrêt dans le couloir et nous savons que les vols sont fréquents dans les trains donc nous nous relayons pour dormir… puis nous sombrerons finalement tous les deux d’un sommeil léger… Happy new YEAR !!!

L’arrivée à Abu road se fera comme prévue autour de 10h le matin après 700km de train… il nous faut chercher le bus qui nous emmènera jusqu’à Udaipur (150km)et qui forcément, ne se prend pas au même endroit… nous traversons donc une partie de cette ville, les vaches (animal sacré ici) sont omniprésentes. Nous trouvons le bus dans lequel nous montons mais il ne partira pas avant d’être rempli à rabord… Nous apprenons qu’il faudra encore 5h pour arriver à destination… et nous allons vite comprendre pourquoi… le bus, sans suspension, s’arrêtait dans chaque village et nous faisait décoller du siège à chaque dos d’âne… une autre expérience… le chemin fût long mais riche en paysage et en rencontre… derrière nous, se trouvait Nelia, une jeune fille de 18 ans accompagnée de sa famille… elle était serrée contre nos sacs et à chaque fois que je me retournais, elle me faisait de grands sourires avec sa cousine… Nous avons fait connaissance… elle avait l’air étonné d’apprendre que nous n’étions pas marié, ça a l’air d’être quelque chose d’essentiel pour eux… En arrivant sur Udaipur, nous ne savions pas quand nous devions descendre elle nous a gentiment proposé de nous aider, en négociant le rickshaw pour nous… elle descendit en chemin pour rentrer chez elle en me laissant son numéro de portable pour la joindre si nous avions un problème et en m’offrant un cadeau… un petit porte bonheur représentant un dieu hindou… à peine le temps de lui laisser mon e mail et de la remercier que le rickshaw redémarre en trombe dans les ruelles étroites d’Udaipur. C’est aussi pour des rencontres comme celle là que nous faisons ce voyage… Un seul regret : j’aurais aimé la revoir pour la remercier, échanger un peu plus, lui offrir à mon tour quelque chose… Nouvelle leçon de générosité…

Le rickshaw nous laisse dans un hôtel très bien placé, la chambre où nous pourrons enfin nous laver ne nous coûtera que 400 roupies (=6 euros)… un long périple pour arriver ici mais riche en rencontres… en arrivant nous avons qu’une hâte : vous raconter ce que nous avons vécu mais la connexion de l’hôtel semble très limité : skype fonctionne mais impossible de se connecter sur tous les sites français… Le haut débit n’a pas l’air de trop existé non plus donc désolé de ne pas pouvoir vous mettre autant de photos que pour le Canada, en même temps nous en prenons beaucoup moins, le contexte n’est pas le même…

Publié dans inde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ISABELLE GERIN 04/01/2010 22:55


Un petit coucou d'une copine de Bernard et Marie (je suis la soeur de Gilles).
Nous étions avec eux pour le réveillon et comme je demandais de vos nouvelles, Marie m'a donné votre site.
C'est merveilleux et je vous félicite du partage que vous offrez à tous ceux qui lisent votre blog. C'est avec beaucoup d'émotion et quelques larmes que j'ai découvert votre site.
Je vous souhaite une excellente année 2010 et que tous vos rêves se réalisent.... enfin vous vous en donnez les moyens.
A très bientôt de vous lire.


mat 04/01/2010 20:33


encore encore il est tro bien cette article sa fai 3 fois ke je le lis mdr on attend ac impatience lotre ke tva metre bsx


boinon didine 04/01/2010 16:01


et bin!!!!ça commence bien votre voyage, ça fait bizard de vous imaginer la bas entrain de vivre tout ça, ça a l'air a la fois super excitant et a la fois très destabilisant a vivre. CE VOYAGE N'A
PAS FINI DE VOUS TRANSFORMER, ce qui est sur c'est que vous aurez de beaux souvenirs a raconter a vos marmos. Je vous embrasse très fort didine qui vous suit de près


josette et cani 04/01/2010 13:55


Bonne Année a vous Deux
merci de toutes vos infos ;Bonne continuation dans votre périple
Grosses bises a Vous deux.


Delphine, Harold & Nohan 04/01/2010 13:43


Salut les loupiots !
Je dévore vos articles et vous suis au quotidien dans vos aventures.
Seulement quelques jours depuis que vous êtes repartis, et déjà, plein de souvenirs et de leçons de vie. Et ce n'est que le début !
Profitez à fond de tout ça : de ces belles rencontres, de ces différentes cultures. Tout cela est très enrichissant et j'apprécie que vous nous le fassiez partager.
Bonne continuation.
On vous embrasse fort fort fort.